top of page

Sortir de la manipulation !

Nous voyons clairement depuis quelques années des manipulations cherchant à influencer nos choix et donc nos actions, mais cela n’est pas nouveau !


Au niveau politique, le philosophe Nicolas Machiavel (1469/1527) avec « L’art de gouverner », édifiait une science pour permettre aux puissants de conserver le pouvoir. Cela pouvait même justifier l’emploi du « mal » pour arriver à leurs fins et sa vision s’appuyait sur les vices de l’homme, sa part obscure, facilement manipulable.

Au niveau de la propagande moderne, Edward Bernays (1891/1995) a développé une vraie méthode d’influence des masses. Il l'a mise au profit de grandes entreprises américaines à travers différentes campagnes publicitaires. Il savait susciter des envies créées de toute pièce, comme par exemple : la cigarette pour les femmes, mal vue jusqu'alors. Celle-ci représentait à leurs yeux la liberté, l'indépendance alors que tout ceci n'était qu'illusion.

Il développa l’art de faire consentir le manipulé, non pas par la force, mais par la création de désirs factices.

Des forces à l'œuvre en nous !


Mais si tout cela est possible, c’est que dans la nature humaine, donc en nous, des forces similaires sont à l’œuvre. Dans les religions monothéistes, elles sont appelées les forces de la tentation ou du mal et dans la tradition Taoïste, les trois vers ou trois cadavres.

Elles cherchent à nous manipuler pour récupérer notre énergie vitale constructrice et l’utiliser au service de la destruction.

On pourrait dire que c’est la « lutte » interne du bien et du mal, des énergies spirituelles et des forces matérialistes. Dans les traditions amérindiennes, c'est représenté par le choix conscient de nourrir soit le loup blanc, soit le loup noir.

Ces forces matérialistes ne doivent pas être combattues, mais élevées vers une expression spirituelle (symbole du 8ème travail d'Hercule avec l'hydre de Lerne).

Elles sont actives au niveau physique, émotionnel, mental et cherchent à induire des prises de pouvoir (asservissements) ou des destructions pour en récupérer l’énergie.

Notre part de responsabilité


Pour faire évoluer la société, sortir de ces manipulations et jeux de pouvoir, il est essentiel de faire notre part en allant débusquer ces forces à l’intérieur de nous. Ainsi, nous pourrons arrêter de les nourrir et de commencer à les transmuter par notre conscience.

Dominant/Dominer


Au niveau physique, ces forces peuvent pousser au viol, au meurtre, à toute domination imposée par la contrainte physique. Elles peuvent se retourner contre soi-même avec de mauvais traitements que l’on s’inflige (scarification, boulimie, anorexie, etc). La difficulté pour les repérer est qu'elles s'expriment aussi de façons plus sournoises et moins visibles.

Exemple : sous forme de jeu "innocent" dans l’enfance ou l’adolescence, voire même chez certains adultes, cela s'exprime en imposant une supériorité physique ou des contacts mal intentionné. Pour les adultes, on peut aussi le voir dans la sexualité avec des jeux de pouvoir plutôt qu’une recherche de partage et d’unité.

Pour d'autres, cela peut s’extérioriser au volant avec de l’agressivité.

Alors qu'il est possible d'être en lien sans se soumettre, ni chercher à dominer l'autre.

Nous pouvons donc rechercher à quel moment et avec qui nous sommes en rapport de force, pour tendre à vivre de plus justes relations.

Aimer/Rejeter


Au niveau émotionnel, ces forces poussent à blesser le coeur des autres avec de la dévalorisation, des humiliations ou de l’indifférence. Là aussi, cela peut être dirigé contre soi avec de l’auto-dévalorisation et une tendance à se noyer dans des émotions qui tournent en rond. C’est également présent lorsqu'on ne fait pas confiance, que l’on doute d’une personne sans raison, c’est dévalorisant et rabaissant pour elle. Même la sur-protection de certains parents peut induire un manque d'assurance qui restera gravé chez l’adulte, avec des difficultés à avoir confiance en lui et dans sa valeur.

Voilà pourquoi, nous devons apprendre à exprimer notre sensibilité tout en restant dans une forme d’autonomie, c’est-à-dire sans dépendance affective. Pour cela, il est important de nous aimer sans tomber dans l’égocentrisme. En développant un amour et une conscience qui nous permet de nous décentrer et de relationner sans attente, il est alors possible de reconnaître l’autre pour qui il est.


Intelligent/Stupide

Au niveau mental, ces forces poussent à considérer les autres pour des cons ou des idiots, sans réelles capacités à réfléchir et à résonner. Ça incite à dévaloriser toutes les pensées ne correspondant pas aux nôtres, avec une forte tendance à la division et aux conflits. On cherche à imposer nos idées et notre vision du monde. À l'inverse, retournées contre soi, on perd toute confiance dans nos capacités intellectuelles avec un sentiment d'infériorité.

Nous devons apprendre à partager nos réflexions sans les imposer tout en permettant aux autres d’exposer leurs idées. Le mental, en remontant au monde des causes, peut servir à unifier plutôt qu'à diviser, en trouvant les points d’accords entre les différentes pensées et visions du monde.


Cette manipulation interne nous oblige à développer une présence à chaque instant, afin de choisir quelle partie de nous, nous voulons exprimer.

C'est notre responsabilité en devenant de plus en plus conscient !

À la découverte de soi et des autres !


Pour développer une lucidité sur nous-même, il est essentiel de comprendre notre constitution et d’affiner notre sensibilité.

C’est tout un cheminement personnel qui peut mener à la vraie rencontre des autres dans l’authenticité de qui nous sommes.


Lucien


Si cela vous intéresse, nous organisons un cycle de formation dans ce but :


- Découvrir sa vraie nature : développement d'une personnalité équilibrée.

- Révéler son maître intérieur : développement du contact avec l'âme.




Comments


bottom of page